Retour aux articles

Le ROI d’une GMAO

Le ROI d’une GMAO

Dimanche 05 décembre 2021

La maintenance étant de plus en plus considérée comme une activité à part entière, les dirigeants se concentrent sur le retour sur investissement des logiciels de GMAO dont l’estimation de la valeur requiert une méthodologie adaptée à la récolte des informations financières nécessaires. Le ROI d’un projet, ROI pour Return of Investment, ou encore retour sur investissement, est un critère essentiel dans un processus de décision business. Nous allons nous intéresser plus spécifiquement dans cet article au ROI d’un projet de GMAO.

Introduction

Un des KPI – Key Performance Indicators – particulièrement suivi par les équipes dirigeantes est le rendement des actifs de l’entreprise. En termes simples, le rendement des actifs mesure les bénéfices de l'entreprise divisés par la valeur totale des actifs, calcul en fait utilisé par de nombreux financiers de Wall Street lorsqu'ils examinent la valeur et la stabilité d’une entreprise. Des chiffres de retour sur actifs plus élevés indiquent des sociétés plus rentables, bien gérées et stables. Cependant, puisque nous parlons de maintenance et de fiabilité, quel est leur impact sur le calcul du rendement des actifs ? Est-il préférable de réduire les dépenses ou d'augmenter les recettes ? Ces 2 stratégies étant la clé de voûte de la rentabilité. La mise en place d'une GMAO ne permettrait-elle pas de gagner sur ces 2 fronts ?

La réduction des dépenses

Cette méthode est familière à la plupart des services de maintenance et de fiabilité. Les principaux domaines de contrôle des dépenses sont la main-d'œuvre, la gestion des pièces de rechange et un bon contrôle des contrats de maintenance. La consommation d'énergie de l'entreprise constitue un contrôle des dépenses connexe. Étant donné que les économies deviennent des bénéfices, le contrôle des dépenses est un facteur clé de l'augmentation de la rentabilité. Toutefois, il ne peut évidemment s'agir de la seule voie.

L’augmentation des recettes

Les revenus peuvent être augmentés en augmentant la capacité tout en maintenant les coûts fixes. Comme l'entreprise a déjà investi dans les actifs, augmenter la disponibilité et l'efficacité de ces derniers tout en contrôlant les coûts fixes permettra directement d'accroître la rentabilité. Cette voie a un effet très positif sur l'augmentation du rendement des actifs. Cela est particulièrement vrai sur les marchés où la demande est forte et où tous les produits fabriqués peuvent être vendus. Elle a également un impact sur les marchés où la demande est plafonnée. Dans ce cas, l'augmentation de l'efficience et de l'efficacité fera baisser les coûts fixes.

Si une organisation est axée sur la maintenance, elle peut quand même contribuer à la rentabilité en contrôlant les dépenses. Cependant, l'impact peut être plus important si l'organisation se concentre sur le temps de fonctionnement des équipements. En fait, la contribution à la rentabilité peut être multipliée par quatre si une organisation se concentre sur la disponibilité ou le temps de fonctionnement des équipements plutôt que sur le contrôle des coûts de maintenance.

Un service de maintenance peut avoir un impact financier considérable sur la rentabilité d'une entreprise. Si une organisation peut adopter l'orientation appropriée, la maintenance et la fiabilité peuvent devenir un atout business, par l’accroissement de la compétitivité qu’elle est en mesure de permettre.

En résumé, le fait de se concentrer sur les contrôles de maintenance, ainsi que sur les dépenses de maintenance et de fiabilité, permet d'éliminer les gaspillages, ce qui est la prémisse d'une opération allégée. L'étape suivante de l'évolution consiste à se concentrer sur le temps de fonctionnement ou la disponibilité des équipements. Cela augmente la capacité de l'entreprise. En conséquence, l'entreprise peut faire plus avec les mêmes ressources ou la même chose avec moins de ressources. En se concentrant sur l'EAM, ou l'augmentation de l'efficacité des équipements, on maximise la capacité et les finances. Il est important de comprendre cela pour les entreprises voulant rester compétitives au cours des prochaines décennies.

Certaines entreprises commencent à le comprendre clairement, comme le montrent certains des derniers indicateurs clés de performance de la maintenance qu'elles utilisent. Par exemple, elles mesurent les coûts de maintenance (ou MC pour Maintenance Costs) en pourcentage de la valeur de remplacement estimée des actifs (ou ERV pour Estimated Replacement Value). Le coût de maintenance, comparé à la valeur de remplacement estimée est calculé en divisant le total des coûts de maintenance par la valeur totale des actifs. Ce pourcentage est ensuite utilisé pour évaluer si le niveau approprié de dépenses est effectué pour le domaine de la maintenance et la fiabilité.

Comprendre la maintenance & la GMAO

La maintenance et la fiabilité sont des enjeux majeurs pour les entreprises que beaucoup de dirigeants n'ont pas encore pleinement pris en considération. Pour compliquer encore un peu plus la situation, ces derniers pensent avoir compris la fonction de maintenance... Cette incompréhension est mise en évidence par le grand nombre et la grande diversité des méthodes actuellement utilisées pour organiser et réaliser la maintenance dans les entreprises. La plupart des dirigeants d'entreprises et d'usines se sont concentrés sur la gestion des opérations ou de la fabrication, tandis que la gestion des disciplines plus techniques telles que la maintenance a été ignorée ou placée au second plan. La maintenance, par exemple, a été perçue comme un mal nécessaire à l’instar d’une police d'assurance, où les sommes engagées ne constituent à leurs yeux qu'une dépense.

En étudiant plus finement la fonction de maintenance, les entreprises ont découvert que la maintenance représente entre 15 et 40 % du coût total du produit. Elles en ont alors déduit que les économies réalisées en maintenance constituaient un levier important sur la diminution des coûts de production. Si l'on prend les marges bénéficiaires typiques des entreprises de fabrication, on peut conclure qu'un euro économisé sur les coûts de maintenance contribue autant aux bénéfices de l'entreprise que 3 euros de nouvelles ventes. Si l’on change d’échelle, dans les grandes entreprises, la réduction des dépenses de maintenance d'un million d’euros contribue autant aux bénéfices que l'augmentation des ventes de 3 millions d’euros. Sur les marchés concurrentiels que connaissent toutes les entreprises, il est beaucoup plus facile d'améliorer la maintenance et de réduire d'un million d’euros les dépenses de maintenance inutiles que de trouver 3 millions d’euros de nouvelles ventes.

La mise en place d’un logiciel, par les réductions des coûts qu’il va apporter va être un atout considérable pour les organisations dans l'augmentation de leur productivité.

Nous allons maintenant présenter les lignes directrices pour estimer les avantages financiers possibles qu'une entreprise peut obtenir en mettant en œuvre des politiques et des pratiques de maintenance améliorées, avec en tout premier lieu, la mise en place d'un système de GMAO.

Réduction des coûts de maintenance

Cette partie analyse la réduction des coûts selon quatre axes nécessaires à la gestion de la maintenance des équipements d’une organisation :

  • Réduction des coûts de main-d'œuvre
  • Réduction des coûts des pièces de rechange
  • Réduction des coûts des projets
  • Réduction des coûts liés aux temps d'arrêt et d’indisponibilité

Réduction des coûts de main-d'œuvre

La productivité de la maintenance dans la plupart des entreprises est en moyenne de 20 à 30 %. Cela se traduit par environ 2 heures par équipe de 8 heures d'activités pratiques. La plupart des pertes de productivité peuvent être attribuées aux raisons suivantes :

  • Attente des pièces
  • Attente d'informations, de schémas, d'instructions, etc.
  • Attente lors de l'arrêt de l'équipement
  • Attente de l'arrivée d'un équipement de location
  • Attente que les autres corps de métier terminent leur partie du travail
  • Course d'une urgence à l'autre

Bien qu'une productivité de 100 % soit un objectif irréaliste pour tout service de maintenance, un pourcentage plus réaliste de 80 % est parfaitement atteignable.

La productivité des techniciens de maintenance peut être améliorée en se concentrant sur des techniques de gestion de base, telles que :

  • Planifier les travaux à l'avance
  • Planifier les travaux et coordonner les calendriers avec la production
  • Prévoir les pièces à remplacer juste à temps
  • Coordonner les outils, les équipements de location, etc.
  • Réduire le travail d'urgence en dessous du niveau de 15 % par la mise en place de plans de maintenance périodiques parfaitement adaptés

Avec l'aide de l’informatique, le temps de planification par tâche est réduit, ce qui permet de planifier et de coordonner davantage de tâches. Cela permet directement de consacrer plus de temps aux activités de maintenance préventive, contribuant ainsi à réduire le nombre d'activités d'urgence et de pannes. Il en résulte une augmentation de la productivité grâce à la réduction des temps d’indisponibilité.

Les organisations qui implémentent avec succès une solution de GMAO indiquent observer ainsi une augmentation de leur productivité de près de 30% !

Réduction des coûts des pièces de rechange

Les coûts des pièces de rechange sont liés à la fréquence et à l'importance des réparations effectuées sur les équipements de l'entreprise. Le nombre de pièces, ainsi que les politiques de stockage, les politiques d'achat et les pratiques générales de gestion des stocks, contribuent aux coûts globaux des pièces de rechange. Étant donné le peu d'attention accordée aux pièces de rechange dans certaines entreprises, les stocks peuvent être plus élevés que nécessaire de 20 à 30 %. Ce montant augmente les coûts de détention des stocks et rend la gestion des pièces de rechange inutilement chers. L'incapacité des magasins à répondre aux besoins du service de maintenance entraîne la création de dépôts "pirates" ou "illégaux" pour les pièces de rechange juste au cas où. Les coûts des pièces de rechange représentant 50 % du total des coûts de maintenance, il est nécessaire d'améliorer ce domaine.

Un bon contrôle des stocks permet aux entreprises de réduire la valeur des stocks tout en maintenant un niveau de service élevé. Dans ce domaine, les utilisateurs de solutions de GMAO observent une réduction moyenne de 20 % du coût de stockage et de gestion des pièces de rechange.

Réduction des coûts des projets

Dans de nombreuses entreprises, la maintenance est impliquée dans des activités de projet, d'arrêt ou de remise à neuf. Ces activités, si elles ne sont pas correctement contrôlées, peuvent avoir un impact considérable sur la capacité de production d'une entreprise. La raison en est que ces activités sont généralement effectuées avec l'équipement en état d'arrêt, lorsqu'il n'y a pas de production. Par conséquent, tout le temps qui peut être éliminé du projet, de l'arrêt ou de la remise à neuf peut être reconverti en temps de production. Dans le secteur du raffinage ou de la production d'énergie par exemple, le coût d'un arrêt prolongé est prohibitif.

Une planification et une coordination améliorées peuvent être obtenues grâce à un système de GMAO / EAM. Ces efforts permettront souvent de réduire le temps d'arrêt, même si l'entreprise utilise actuellement un système de gestion de projet. Les utilisateurs de systèmes de GMAO / EAM ont indiqué une réduction moyenne de 5% du temps d'arrêt.

Réduction des coûts liés aux temps d'arrêt et d’indisponibilité

Ces coûts représentent les véritables économies pour une entreprise déterminée à améliorer ses politiques et pratiques de maintenance. Le coût des temps d'arrêt des équipements peut varier de plusieurs milliers d'euros par heure à des centaines de milliers d'euros par heure. Par exemple, pour une entreprise possèdant plusieurs lignes de production dans son usine, le temps d'arrêt de chacune d'entre elles peut valoir 1 million d'euros pour 24 heures.

Dans certaines entreprises, les niveaux de temps d'arrêt peuvent atteindre 30 % ou plus. Les temps d'arrêt font perdre des opportunités de vente et entraînent des dépenses inutiles en biens d'équipement. Ils placent généralement l'entreprise dans une position concurrentielle faible. En consacrant à l'entreprise l'application de bonnes politiques et pratiques de maintenance et en utilisant le système de GMAO / EAM comme outil de suivi, les temps d'arrêt des équipements peuvent être réduits de façon spectaculaire. Les utilisateurs de systèmes de GMAO / EAM ont réussi à réduire en moyenne de 20 % les pertes liées aux temps d'arrêt des équipements.

Conclusion

Il existe une relation évidente entre la maintenance et la rentabilité de l'entreprise. Ainsi, la mise en place d’une GMAO web, mobile, efficace, à laquelle tous les membres de votre équipe de maintenance adhèrent rapidement par sa simplicité d’emploi et son intuitivité, va être en mesure très rapidement de réduire les dépenses liées à la maintenance, tout en améliorant la qualité de service offerte à la production en termes de réactivité et de disponibilité des actifs techniques. A la clé, l’augmentation de la rentabilité de l’organisation.

 

 

Retour aux articles
News feed
Dimanche 09 janvier 2022
Lundi 03 janvier 2022
Samedi 01 janvier 2022
Samedi 25 décembre 2021
Jeudi 23 décembre 2021
Mercredi 15 décembre 2021
Dimanche 05 décembre 2021
Mercredi 02 juin 2021
Lundi 01 février 2021
Lundi 01 février 2021